Étude de Tai Chi pour le diabète par le Dr Paul Lam Et Al

Une étude sur le tai-chi pour le diabète 2008
 
 "Améliorer le contrôle glycémique et BP dans le diabète de type 2 - L'efficacité du Tai Chi"
Publié dans le Australian Family Physician, Vol 37, Numéro 10, Octobre 2008 p884-887
Auteurs: Lam, P., Dennis, S., Diamant, T., & Zwar, N.

 

Cet essai de contrôle randomisé basé sur la communauté a évalué les effets d'un programme de Tai Chi modifié pour les personnes atteintes de diabète de type II mal contrôlé. Il a trouvé des améliorations dans HbA1c (un indicateur important de la glycémie); test de marche de six mètres et cholestérol total dans le groupe contrôle et Tai Chi. Des améliorations du fonctionnement physique et social ont été trouvées dans le groupe Tai Chi.

Cinquante-trois personnes qui remplissaient les critères de l'étude ont été divisées au hasard en un groupe de Tai Chi (28) et de contrôle (25). Le groupe Tai Chi a suivi un programme de Tai Chi pour le diabète spécialement conçu deux fois par semaine pendant six mois. Le groupe témoin a reçu dix semaines de cours gratuits après l'étude. À six mois, les améliorations de l'HbA1c, le test de marche de six mètres et le cholestérol total n'étaient pas statistiquement significatifs entre les groupes. Cependant, des améliorations ont été observées dans le fonctionnement physique et social dans le groupe Tai Chi de la ligne de base au suivi. Beaucoup de gens ont rejoint les classes de Tai Chi après l'étude.

Les chercheurs croient que le Tai Chi, avec son coût relativement bas, son accessibilité facile et son taux d'adhérence élevé, pourrait être une partie utile du traitement du diabète de type II dans la communauté. Tai Chi pour le diabète peut être une introduction utile à une plus grande activité physique. Cependant, une plus longue durée ou une augmentation du nombre de séances de Tai Chi par semaine peut être nécessaire pour démontrer des réductions statistiquement significatives des paramètres métaboliques ou cardiovasculaires.

Les auteurs remercient la subvention de recherche cardiovasculaire RACGP qui a soutenu ce projet.